Rechercher
  • Upcoming

Les fondations de la maison de demain

Dernière mise à jour : 13 févr. 2021

Comprendre nos nouveaux rapports à l'habitat et leurs enjeux pour l'univers de l'ameublement


La crise sanitaire et les 55 jours de confinement que nous venons de vivre ont radicalement modifié nos interactions avec notre environnement. 55 jours de vie dans un même lieu avec les mêmes «colocataires» : lieu d’école, lieu de travail, lieu de restauration, lieu de sport...

Une nouvelle relation à la maison s’est ancrée, entre intimité et partage.


> Covid-19 : le retour de la maison refuge

Durant le confinement, notre maison est devenue notre première arme de défense:

"Rester chez vous pour vous protéger, pour votre sécurité et celle de vos proches".

Comme à chaque crise, mais de façon encore plus explicite cette fois-ci, on assiste au repli sur la maison et au surinvestissement de sa sphère privée.


Elle devient un véritable cocon protecteur... parfois difficile à quitter en phase de déconfinement :

70% des français ont peur d’attraper le virus une fois les sorties à nouveau autorisées (Harris, mai 2020)



> Un lieu de partage inédit

Durant le confinement, ouvrir sa maison est devenu la condition indispensable pour continuer sa vie sociale. Pour preuve, 12% des Français ont dîné devant leur webcam pendant le confinement

Cette parenthèse nous a forcé à adopter un nouveau mode de vie, dont certains aspects semblent être voués à perdurer.

57% des Français considèrent que beaucoup de choses vont changer dans leurs modes de vie (Obsoco, avril 2020)

Demain, la maison conservera cette place primordiale dans nos vies, se faisant le relais de ce "nouveau monde d'après".


1 - Choisir où habiter


Cela parait évident, nous choisissons notre lieu de résidence.

Pourtant, la majorité d'entre nous choisit sa ville d'accueil en fonction de son lieu de travail. Mais la crise du Covid-19 rebat les cartes.


40% des Français ont adopté le télétravail pendant la période de confinement (Association nationale des DRH, mai 2020). 73% de ceux qui travaillent à domicile souhaitent d’ailleurs continuer après la crise, de manière régulière ou ponctuelle. (CSA- Malakof Humanis, avril 2020)


> La nouvelle possibilité de choisir son lieu de résidence sans se soucier de son lieu de travail

- 47% des franciliens se disent prêts à abandonner

la région parisienne

- 54% d'entre eux souhaitent passer à l'acte rapidement (Ipsos 2020)










> 2020-2025 : Vers un exode rural Les zones urbaines semblent être devenues hostiles.


Car chacun a (re)découvert sa relation individuelle et quotidienne à la nature : un véritable manque pour certains, une échappatoire indispensable pour d'autres : redécouverte du silence​ ou redécouverte du Printemps​.



"Le confinement a mis en évidence tous les aspects repoussoirs des villes : densité, petits logements, manque d'espace verts, temps de transport, promiscuité" Vincent Grimault

2 - Ouvrir sa maison au monde


Pour la première fois dans l’histoire, chacun est contraint d’ouvrir sa maison, son intimité pour continuer à vivre avec les autres.


> les liens entre intimité et société s'effacent : la maison vitrine de soi


La sphère sociale se digitalise et les visios à partir de son domicile s’enchaînent, ouvrant son cadre de vie à sa hiérarchie, ses collègues, ses clients.

Car dans ce contexte de surexposition, le besoin de personnalisation et d'individuation se confirme.


Certains vont même jusqu’à se créer des mises en scène extraordinaires pour conserver le lien à l’autre et exister sur les réseaux.

Preuve en est, le #Gettychallenge (relayé ensuite dans tous les grands musées mondiaux). Alors que l’accès à la culture n’existait que de manière virtuelle, le challenge était de reproduire à la maison une oeuvre d’art, avec seulement les quelques objets du quotidien dont nous disposions.



Plus que jamais, sa maison et sa déco deviennent le prolongement de soi, sa nouvelle «vitrine» dans le lien social. La mise en scène est primordiale, comme la nouvelle carte d'identité de ses habitants au reste du monde.



3 - Autour de la maison, un tourisme de proximité pour

ré-enchanter son quotidien


Dans cette phase "post-covid" où les Français sont empêchés de partir à l'autre bout de la planète, certains sociologues comme Philippe Bourdeau, mettent en avant le "post-tourisme": expression couramment utilisée pour désigner la reconversion résidentielle de destinations touristiques : fini la parenthèse enchantée de 15 jours par an à la mer ou à la montagne, on souhaite désormais en profiter toute l'année.

On voit donc se développer le "tourisme quotidien".

A la découverte de sa ville, de sa région, de son pays, on gomme les frontières entre lieux de vie et lieux de vacances.




Ces nouvelles attentes consommateurs concrètes qui doivent être entendues par les marques et enseignes de l'univers de la maison pour proposer une offre et des services adaptés.

Alors qu'aujourd'hui le crédo sociétal est de "maximiser le plaisir, réduire les contraintes et valoriser l'expérience", il apparaît ces 3 piliers de l'habitat deviennent une utopie que l'on a envie de vivre à plein temps : se rapprocher de la nature, profiter du divertissement à la maison et ré-enchanter son quotidien par l'évasion.

Envie d'échanger sur ces mutations ? Contactez-nous !



80 vues0 commentaire